La Casa de la Trinidad,
un hôtel de charme dans l'histoire

La Casa de la Trinidad, est l’hôtel emblématique de Grenade, plein d’histoire et de tradition.

L’hôtel se trouve dans un bâtiment singulier du XIX siècle, antérieurement il y avait rez-de-chaussée une célèbre quincaillerie de Grenade, en fait, le bâtiment est connu dans la ville comme « La maison de la quincaillerie ».

La petite mais fourmillante Plaza de la Trinidad, toujours verte et gaie ; son tracé correspond à un ancien cloître du Couvent des Trinitarios Calzados (1517). Cela explique l’origine de son nom.

Ce couvent a été abandonné par les religieux, ses habitants, en 1836 sur l’ordre gouvernemental (à cause de la loi du désamortissement des biens ecclésiastiques et sécularisation des monastères et couvents du ministre libéral de l’Administration Fiscale, Mendizábal), ainsi, le bâtiment est devenu un immeuble public et civil, dans ce cas-là, comme délégation municipal de l’Administration Fiscale jusqu’à 1889, l’année où ce bâtiment a été finalement démoli entièrement.

En ce lieu-là on a construit la place actuelle, au centre, se trouve une fontaine élégante en pierre et marbre de style baroque (en évoquant le style de l’ancien cloître monastique). Un espace urbain, pour beaucoup simple, mais doté de certaine beauté, pour ne pas dire charme, et qui constitue en plein centre urbain, un délicieux havre de paix et de tranquillité difficilement conservé entre le trafic et l’agitation des citoyens et touristes.


Il n'est pas rare de voir des jeunes qui parlent chaleureusement, assis sur les bancs, en prenant un snack dans des bars, ou, moins fréquemment, plongés dans la lecture.



L'un des extrêmes de la place s’ouvre à une des rues les plus connues et importantes, au moins au niveau commercial de Grenade. Une rue fréquentée jour et nuit pour les fana de shopping, mais aussi même si on ne le dirait pas, une rue avec beaucoup de “lutins”, et on n’est pas en train de parler de “lutin” flamenco, mais d’un autre type…